L’Histoire |

Les chevaliers de l’empereur Barbarossa

Le pays d’Altenburg d’aujourd’hui était habité par des Slaves depuis le moyen âge. Au milieu du 12ième siècle les Staufer de la Souabe élargissaient leur influence dans cette région. L’empereur Friedrich I. Barbarossa assurait sa force obtenue en élevant ses serviteurs pas libres aux chevaliers Ceux-ci devaient diriger la nouvelle colonisation, repousser les existantes influences slaves, imposer le droit allemand, faire rentrer les impôts et protéger le pays des ennemis. Comme-ça un réseau de petites forteresses se formait dans la région de la Pleiße au 12ième et 13ième siècle. Le château fort de Posterstein est une des ces forteresses de ce temps-là.

La première mention du château fort de Posterstein

Un des « Reichsministerialen » de Barbarossa s’appelait Gerhardus de Nubodicz. En 1172 de nouveau un Gerhardus est nommé. En 1191 le nom Gerhard von Nöbdenitz se trouve dans un dossier de Naumburg, maintenant avec sa mère « Mechthilde de Steinne ». Ici il s’agit de la première mention authentique de (Poster)stein et de la dernière nomination des « Ministerialen » de Nöbdenitz. La résidence du même nom à Nöbdenitz – un bâtiment bas, entouré d’eau – appartenait jusqu’à 1575 à la terre de Posterstein. L’éperon rocheux à deux kilomètres distance sur la rive de la Sprotte s’était montré stratégiquement plus favorable pour les fortifications.

Posterstein entre les seigneurs de Reuß et les seigneurs de Wettin

Au 14ième siècle l’administration d’Altenburg était créé pour consolider la force des comtés de la Mark de Meißen. Mais Posterstein devint un fief des prévôts de Reuss. Pour ne pas perdre la région à la maison de Wettin, les prévôts de Reuss donnaient Posterstein au roi de la Bohème. Ainsi une lutte permanente commençait entre les deux maisons nobles qui conduit à un combat armé au 16ième siècle. Seulement au 18ième siècle les luttes mutuelles finissaient.

« Postern zum Steine » au service militaire

En 1474 Jan Puster du château fort sur la Sprotte était demandé – comme autres chevaliers – de lutter contre la Bourgogne pour conserver la paix au Saint Empire romain germanique. Il lui fallait de mener avec lui trois chevaux, un chariot avec quatre chevaux forts, du pain, des fourrures etc. et de se rendre à Leipzig. Le message étai adressé à « Postern zum Steine » ce qui montre la naissance du nom « Posterstein ».

Un évêque comme propriétaire de Posterstein

Depuis le 16ième siècle on peut trouver le nom « Pflugk » dans les inscriptions de nombreuses terres nobles de la région. En 1528 la terre de Posterstein est vendue aux cousins Pflugk. Julius l’aîné des cousins était évêque de Naumburg. Mais Haubold Pfugk réussit de consolider la propriété. En 1575 Tham Pflugk reçut la propriété. Il perdit son siège dans l’église de Nöbdenitz et a fait bâtir l’église à Posterstein.

Les seigneurs les plus importants de Posterstein

Après la Guerre de Trente Ans le propriétaire Georg Dietrich von Pflugk devait imposer un nouvel ordre en 1666. Il était connu à Gotha et Altenburg et pouvait faire exécuter ses droits. On construisait beaucoup au château et aux autres édifices pendant son règne. L’église reçut sa boiserie splendide. Après 200 ans les Pflugk laissaient leurs armoiries dans l’église, mais ils ont aussi contribué qu’une petite ville avec un marché et plusieurs artisans pouvait se développer.

Le confident d’Auguste le Fort

En 1724 le comte de l’Empire et feld-maréchal Jacob Heinrich von Flemming (1667-1728) a acheté la terre de Posterstein. Il était un confident intime d’Auguste le Fort. Il avait contribué essentiellement à l’élection du prince électeur au roi de Pologne pendant son ambassade à Varsovie en 1697. La famille Flemming ne séjournait pas longtemps à Posterstein mais elle faisait de grandes investitions. La terre de Posterstein leur appartenait jusqu’à 1833.
Depuis 1833 la terre de Posterstein était administrée par la famille Herrmann. Dans ce temps l’écrivain Hans Fallada était élève et travaillait quelques ans dans la ferme.

La fin de la seigneurie

Pendant les deux guerres mondiales Posterstein ne fut pas détruite. Cependant la Deuxième Guerre Mondiale le plus grand changement s’effectuait. Maintenant il n’y a plus la seigneurie de Posterstein. Au début de 1946 la terre noble est expropriée selon la réforme agraire. Les 192 ha sont partagés et les bâtiments d’exploitation détruits. Le dernier propriétaire change de domicile par contrainte et va en Allemagne de l’ouest.
Le tombeau de la famille se trouve encore à l’est de l’église.

Le temps après

D’abord on logeait des réfugiés qui avaient perdu tout leur bien à l’est dans le château. Plus tard le château devint un asile d’enfants et puis on a installé un musée.

La fondation du musée du château de Posterstein

Le musée historique fut fondé en 1952. Pendant les années suivantes il était nécessaire d’entretenir la substance du bâtiment. Peu à peu on installait des expositions de l’histoire régionale – surtout de l’industrie de boutons à Schmölln. Mais des attentions insuffisantes menaient à la fermeture en 1977. De 1981 à 1991 tout l’objet était restauré complètement.

La restauration du château de 1984 à 1991
1981 : Montage d’une construction d’acier au comble délabré
1984 : Restauration totale du donjon. Reconstruction de l’escalier de la tour d’ouest et de l’édifice voisine.
1985 : Reconstruction de l’aile d’est dans la partie de nord.
1986-1987 : Reconstruction de l’aile d’est dans la partie de sud. Commencement de la reconstruction de l’aile d’ouest.
1988-1990 : Fin de la reconstruction de l’aile d’ouest. Travaux au toit. Commencement de la construction intérieure. Reconstruction de la cave.
1991 : Fin des travaux intérieurs. Ouverture du musée.

Vues d’Posterstein